En utilisant les concepts de la chimie moléculaire, nos collègues des équipes IMNO (J. Long, E. Mamontova, Y. Guari, J. Larionova), C2M (J. Rouquette, M. Beaudhuin) et la PAC (D. Granier) en collaboration avec deux équipes Portugaises (Universités de Coimbra et d’Aveiro) ont développé un matériau moléculaire luminescent présentant un fort couplage entre les propriétés magnétiques et électriques à température ambiante. Ces travaux sont publiés dans la revue Science le 7 février dernier.




Room temperature magnetoelectric coupling in a molecular ferroelectric ytterbium(III) complex.


Les matériaux magnéto-électriques associent propriétés magnétiques (paramagnétisme ou ferromagnétisme) et électriques comme la ferroélectricité (bistabilité électrique). Ces systèmes multifonctionnels sont des candidats potentiels pour le stockage de l’information haute-densité, les dispositifs à faible consommation ou la spintronique de par la possibilité de contrôler une propriété par l’autre. De tels objectifs requièrent cependant la présence d'une forte interaction entre les deux propriétés, ce qui est rarement le cas à température ambiante dans les matériaux usuels basés sur des oxydes inorganiques. En utilisant les concepts de la chimie moléculaire, nos collègues des équipes IMNO (J. Long, E. Mamontova, Y. Guari, J. Larionova), C2M (J. Rouquette, M. Beaudhuin) et  la PAC (D. Granier) en collaboration avec deux équipes Portugaises (Universités de Coimbra et d’Aveiro) ont développé un matériau moléculaire luminescent présentant un fort couplage entre les propriétés magnétiques et électriques à température ambiante. Ce couplage exceptionnel, au sein de la même phase cristalline, permet la modulation de la polarisation électrique par application d’un champ magnétique, rendant ce matériau moléculaire compétitif avec les matériaux magnéto-électriques inorganiques usuels. Ces travaux ont été publiés dans l'édition du 7 février 2020 du prestigieux magazine Science et ont été résumés dans une “Perspective” de la même revue.


J. Long, M. S. Ivanov, V. A. Khomchenko, E. Mamontova, J.-M. Thibaud, J. Rouquette, M. Beaudhuin, D. Granier, R. A. S. Ferreira, L. D. Carlos, B. Donnadieu, M. S. C. Henriques, J. A. Paixão, Y. Guari, J. Larionova, Room temperature magnetoelectric coupling in a molecular ferroelectric ytterbium(III) complex, Science 2020, 367, 671.

DOI :10.1126/science.aaz2795

https://science.sciencemag.org/content/367/6478/671

 

Comment sur l’article :

Y. Zhou, S.-T. Han, Room-temperature magnetoelastic coupling, Science 2020, 367, 627.

DOI:10.1126/science.aba6642

https://science.sciencemag.org/content/367/6478/627

 

En collaboration avec des équipes de l’Institut des biomolécules Max Mousseron (CNRS/UM/ENSCM) et du Laboratoire de chimie de la matière condensée de Paris (CNRS/Sorbonne Universités), notre collègue Danielle LAURENCIN de l'Institut Charles Gerhardt Montpellier (ICGM), vient de mettre au point une nouvelle méthode d’enrichissement isotopique en oxygène-17 très simple à mettre en œuvre, rapide et peu coûteuse. Pour la première fois, les chercheurs ont montré qu’il était possible d’avoir recours à la mécanochimie pour enrichir isotopiquement en oxygène-17 toute une variété de composés organiques et inorganiques. Ces résultats laissent présager une réelle popularisation de la RMN de l’oxygène-17 dans les années à venir, et a fortiori, une meilleure compréhension de la structure et de la réactivité de nombreux systèmes à base d’oxygène. Ces travaux ont été publiés dans la revue Angewandte Chemie le 28 avril dernier, et font par ailleurs l'objet d'une couverture dans ce même journal.
Thomas-Xavier Métro, Christel Gervais, Anthony Martinez, Christian Bonhomme and Danielle Laurencin Unleashing the Potential of 17 O NMR Spectroscopy Using Mechanochemistry, Angew. Chem.-Int. Edit. 2017, 56, 6803-6807
Les domaines de la séparation et de la purification des gaz demandent des matériaux dont la porosité doit-être parfaitement contrôlée. Actuellement, les zéolites, composés inorganiques poreux, sont le plus souvent utilisés, mais réclament beaucoup d’énergie pour leur recyclage. Notre collègue Guillaume Maurin du Département de Chimie Physique de l'ICGM, en collaboration avec des chercheurs de l’Université saoudienne KAUST1, de l’Institut Lavoisier Versailles,  vient de découvrir le KAUST-8, un metal organic framework (MOF) qui purifie le gaz naturel de son humidité et du dioxyde de carbone, tout en se recyclant facilement. Ces travaux sont publiés dans la revue Science le 19 mai dernier.
 

 

L'équipe CMOS du Département Chimie Moléculaire et Macromoléculaire de l’ICGM vient de voir ses résultats publiés dans la revue Materials Today.
Mené en collaboration avec l'équipe Aminoacides et Peptides de l’IBMM, ce travail présente la conception, la synthèse et l’évaluation biologique d’un nouveau type de matériau biomimétique, inspiré du collagène. La principale innovation réside dans l’approche ‘bottom-up’ et modulable de la synthèse de cet hydrogel. En effet, des peptides synthétiques sont modifiés avec des silanes et polymérisés dans des conditions compatibles avec l’encapsulation de cellules. La composition de l’hydrogel peut être modifiée à loisir. Ce travail vise une application dans le domaine de l’encapsulation de cellules souches pour la régénération tissulaire. A ce titre, il associe une équipe de l’IRMB (Institute of Regenerative Medecine and Biotherapy, Montpellier) et l’équipe Biopolymères de l’IBMM.

Les équipes AIME et CMOS des Départements Chimie du Solide et de la Matière Divisée et Chimie Moléculaire et Macromoléculaire viennent de publier leurs travaux dans la prestigieuse revue Nature Materials.


Les dispositifs de stockage électrochimique de l’énergie, batteries et supercondensateurs, sont constitués de deux électrodes séparées par un électrolyte. Jusque là, la quantité d’énergie stockée dépendait essentiellement de la nature des matériaux d’électrodes et le rôle de l’électrolyte était limité au transport des ions dans le milieu. D’une façon radicalement nouvelle, les équipes de l’ICGM ont montré que l’électrolyte contribuait aussi fortement au stockage de l’énergie, en particulier dans les supercondensateurs. En synthétisant des électrolytes à base de liquides ioniques chimiquement modifiés, ils ont ainsi permis d’augmenter la capacité de stockage jusqu’à 300%.


En savoir plus

Institut Charles Gerhardt Montpellier - Direction

UMR 5253 - CNRS/UM/ENSCM
  • Université de Montpellier
  • Place Eugène Bataillon
  • CC 1700 - Bâtiment 17 -1er étage
  • Tel: +33 (0)4 67 14 93 50
  • Email: direction@icgm.fr
Top