A l'issue de la seconde vague de l'Appel à projets Make Our Planet Great Again (MOPGA), l'Institut Charles Gerhardt Montpellier (ICGM) accueillera l'un des 14 français retenus par un jury international.

Sur les 38 projets pluridisciplinaires déposés, 14 ont été sélectionnés, dont celui d'Amandine CADIAU intitulé "APPAT - Purification de l’air par de nouveaux absorbants hybrides". Ce projet, construit sur la base des thématiques de recherche développées par l’équipe Dynamique et Adsorption dans les Matériaux Poreux du Département Chimie Physique de l'Institut Charles Gerhardt Montpellier, fédère 10 chercheurs permanents de 4 équipes de l'ICGM. Au-delà du soutien de MOPGA, APPAT sera co-financé par I-Site MUSE (UM) et la Région Occitanie.

La lauréate, Amandine CADIAU, actuellement Chercheuse à la King Abdullah University of Science and Technology, Arabie Saoudite, rejoindra donc l'ICGM dans les prochains mois, pour une durée de 4 ans.

A noter : le programme MOPGA récompense des projets de très haut niveau scientifique qui concernent des sujets particulièrement importants, comme l’impact du changement climatique sur la biodiversité, la compréhension de l’évolution de la zone de transition clé entre les Andes et l’Amazonie, l’impact de la fonte de la banquise sur la circulation océanique, l’amélioration des processus de pyrolyse de la biomasse, ou encore le stockage d’énergie par conversion du CO2, ...
Cette distinction prestigieuse marque la grande implication et l'engagement de l'ICGM dans des recherches de pointe sur des thématiques environnementales et énergétiques telles que la lutte contre le changement climatique et le développement d’énergies renouvelables.

Voir le communiqué de presse MOPGA

Pour sa deuxième manifestation publique, le groupe COnnexion Science & Art (COSA) a présenté une double conférence dans le cadre de la Semaine du Cerveau le 13 mars dernier à la Maison des Étudiants Aimé Schoenig de Montpellier.
Organisée en partenariat avec la Maison des Etudiants, cette soirée sur le thème "le cerveau en musique" a mis à l'honneur les conférenciers Philippe Coubes et Luc Marty pour lesquels près de 250 personnes ont fait le déplacement. A l'issue des conférences, un débat s'est tenu entre le public et les conférenciers.
La soirée s'est poursuivie par un pot convivial avec le public, qui a pu déambuler autour d'une exposition créées à partir d'images scientifiques et artistiques des deux laboratoires de recherche du groupe COSA.
Un beau succès pour le groupe COSA, en cette Semaine du Cerveau 2018.
 
Olivier Fontaine du Département Chimie du Solide et de la Matière Divisée (CSMD) de l'ICGM vient de se voir attribuer le prix 2017 du magazine La Recherche pour la mention Chimie, pour sa publication "Biredox ionic liquids with solid-like redox density in the liquid state for high-energy supercapacitors", publiée en 2017 dans Nature Materials. Avec l'obtention de ce prix, Olivier Fontaine verra son travail de recherche mis à l'honneur d'un prochain numéro du magazine.
Depuis 2004, le Prix La Recherche récompense chaque année les meilleurs travaux scientifiques francophones de l’année passée, dans 12 mentions dont la Chimie. Ces publications, sélectionnées par 21 experts représentant toutes les disciplines doivent répondre à trois critères : constituer une avancée dans leur champ de recherche ; impliquer des chercheurs francophones ; et faire l'objet d'une communication aux pairs en 2017. 
Au-delà de la communauté scientifique, ce prix va offrir une visibilité nouvelle aux activités de l'ICGM, en intégrant les colonnes d'un magazine de référence pour l'information scientifique, couvrant l'actualité des sciences et s'adressant au grand public.
 
 “Biredox ionic liquids with solid-like redox density in the liquid state for high-energy supercapacitors,” E. Mourad, L. Coustan, P. Lannelongue, A. Medhi, A. Vioux, S. Freunberger, F. Favier, O. Fontaine, Nature Materials, 2016, doi :10.1038/nmat4808.
Marc Taillefer du Département Chimie Moléculaire et Macromoléculaire (CMM) de l'Institut Charles Gerhardt Montpellier (ICGM) vient de se voir remettre le Grand Prix Emile Jungfleisch de l'Académie des Sciences le 21 novembre dernier lors d'une cérémonie sous la coupole de l'Institut de France. Créée en 1923 et devenue grand prix en 2007, cette distinction récompense un scientifique ayant mené ses travaux de recherche en chimie organique et/ou en biochimie dans un laboratoire français, ainsi que son équipe. Le prix lui a été remis en ouverture de séance solennelle de remise des prix.
 
Marc Taillefer s’est vu décerné ce prix prestigieux pour ses travaux de tout premier plan dans le domaine de la méthodologie en chimie organique de synthèse. Il est reconnu tout particulièrement pour une percée académique majeure, l’arylation de nucléophiles par l’emploi de systèmes catalytiques constitués de cuivre associés à des ligands simples et polyvalents. Ce concept d’arylation douce au cuivre est d’une portée considérable. Utilisé par de très nombreuses compagnies pharmaceutiques du monde entier, il permet la synthèse dans des conditions douces, peu polluantes et économiquement compétitives, de motifs présents dans environ 70% des médicaments. Le terme d’avalanche est désormais employé pour qualifier la déferlante des travaux académiques et industriels résultant de cette découverte.
 
Danielle Laurencin, Chargée de recherche au sein de l’Institut Charles Gerhardt Montpellier (CNRS-UM-ENSCM) vient de se voir décerner une bourse Consolidator Grant de l’European Research Council (ERC).
 
Sur les 2 538 projets déposés et évalués par l’ERC en cette campagne 2017, seuls 13% seront financés, soit 329 chercheurs de haut niveau en Europe, parmi lesquels figure Danielle et son projet autour de "La mécanochimie : une opportunité unique pour le marquage isotopique de l'oxygène et la spectroscopie RMN (MISOTOP)".

En raison de l'abondance de l'oxygène sur Terre, pouvoir analyser la structure locale autour de cet élément apparaît comme essentiel. La spectroscopie par résonance magnétique nucléaire (RMN) est dans ce contexte une technique de choix. Cependant, il faut généralement enrichir les molécules ou matériaux d'intérêt en oxygène-17, le seul isotope stable de l'oxygène pouvant être analysé par RMN. En raison de la rareté de cet isotope et des coûts élevés, cette technique est actuellement inabordable pour la grande majorité des groupes de recherche.

Danielle utilisera sa bourse ERC pour aborder cette limitation en développant de nouvelles approches pour enrichir une grande variété de composés organiques et inorganiques en oxygène-17, en ayant recours à la mécanosynthèse. Ces développements seront ensuite utilisés pour explorer de nouvelles utilisations de la Résonance Magnétique Nucléaire de l'oxygène-17, par exemple pour élucider la structure et la réactivité des biomatériaux. Grâce à cette stratégie ingénieuse, la Résonance Magnétique Nucléaire de l'oxygène-17 pourrait enfin devenir plus accessible à la communauté de la recherche, incluant les chimistes, les biologistes et les physiciens.

Avec l’obtention de cette bourse, Danielle Laurencin voit sa très grande implication et son ambition scientifique récompensées. Une distinction prestigieuse qui représente un véritable encouragement à poursuivre ses recherches déjà bien engagées, et à développer ses idées les plus audacieuses.
Notre collègue Sara CAVALIERE vient de se voir remettre la médaille de bronze du CNRS lors d'une cérémonie officielle qui s'est tenue à Montpellier Sup Agro le 24 novembre 2017, en présence de Claire-Marie PRADIER, Directrice adjointe scientifique de l'Institut de Chimie (INC) du CNRS.

Sara a été recrutée Maître de Conférences au sein de l'Université de Montpellier et affectée à l'Institut Charles Gerhardt Montpellier UMR 5253 en 2009, après une formation initiale à l'Université de Milan, un doctorat à l'Institut Lavoisier, Université de Versailles St-Quentin en Yvelines, 18 mois de post-doctorat à l'Université de Freiburg et deux années comme Attachée Temporaire d'Enseignement et Recherche à l'Université de Lyon 1. Sara a brillamment développé l'élaboration, l'utilisation de nanofibres polymère et céramique dans les dispositifs de conversion de l'énergie, ce que lui a permis d'acquérir rapidement une reconnaissance internationale. Son projet de recherche a été distingué par l'attribution d'une ERC Starting Grant en 2013, grâce à laquelle elle a pu rassembler autour d'elle un nombre critique de doctorants et de post-doctorants.

Sara est aussi éditrice d'un ouvrage "Electrospinning for Advanced Energy and Environmental Applications" (CRC Press, 2015). Elle a initié et présidé le premier congrès international (Montpellier, 2016) "Electrospinning for Energy". Les approches qu'elle a développé ont reçu un accueil très favorable dans le contexte de partenariat industriel : 2 brevets en copropriété industrie-CNRS-Université de Montpellier, un projet européen spécifiquement dédié à la mise à l'échelle d'une de ses inventions, et elle participe à plusieurs projets H2020 et ANR.

La médaille de bronze CNRS de Sara Cavaliere récompense une activité scientifique originale et créative, qui a ouvert un nouveau champ de recherche interdisciplinaire dans le développement de matériaux pour la conversion et le stockage de l'énergie.
Frédéric JAOUEN de l'équipe AIME du Département de Chimie du Solide et de la Matière Divisée (CSMD) de l'ICGM vient de se voir décerner le Prix Recherche Académique de l'inter-division Energie de la Société Chimique de France (SCF).
 
Frédéric est chargé de recherche CNRS au sein de l'ICGM depuis janvier 2013 où il travaille sur les catalyseurs Métal/N/C pour la réduction d'O2, mais également pour d'autres réactions électrochimiques. Ses recherches sont passées de l'augmentation des propriétés catalytiques de ces matériaux à la compréhension des sites catalytiques formés lors de la pyrolyse, et à la compréhension de leurs mécanismes de dégradation et/ou désactivation en milieu acide.
Frédéric apporte une contribution remarquable au niveau international dans le développement et la compréhension de catalyseurs innovants, à base de métaux non nobles, pour l'électro réduction du dioxygène en électrolyte acide.
La continuité et la persévérance de sa recherche sur ces matériaux depuis 2004, lui ont permis de faire progresser à la fois les propriétés catalytiques et la compréhension scientifique de cette famille de matériaux, grâce à l'utilisation de nombreuses techniques de caractérisations expérimentales et à des collaborations fructueuses.
 
La remise officielle du Prix se tiendra le mardi 14 novembre 2017 à la Maison de la Chimie à Paris.
Sara CAVALIERE, Maître de conférences au sein de l'équipe AIME du Département de Chimie du Solide et de la Matière Divisée (CSMD) de l'ICGM, vient de se voir nommer Membre Junior 2017 de l'Institut Universitaire de France (IUF) à compter du 1er octobre 2017, pour une durée de cinq ans.
Les travaux de Sara visent à élaborer des nanomatériaux capables d’améliorer les dispositifs de conversion de l'énergie, tels que les piles à combustible, transformant l'énergie d'une réaction chimique en courant électrique. L'activité de Sara se développe autour de trois axes principaux : la préparation de membranes ionomères nanocomposites, l'élaboration de matériaux de support nanostructurés et les techniques de synthèse et de dépôt d’électrocatalyseurs métalliques. Plusieurs méthodes de préparation telles que la synthèse électrochimique et assistée par les micro-ondes et l'électrofilage sont développées et utilisées pour cet objectif. Diverses techniques physico-chimiques et électrochimiques sont par ailleurs utilisées pour caractériser les matériaux obtenus jusqu'à leur caractérisation in situ dans les dispositifs de piles à combustible et électrolyseurs.
 
Rappelons que l'Institut Universitaire de France (IUF) constitue un réseau d'excellence universitaire qui a pour mission de favoriser le développement de la recherche de haut niveau dans les universités et de renforcer l'interdisciplinarité dans le but de contribuer à une politique de maillage scientifique du territoire. Ses membres sont sélectionnés par un jury international pour la qualité exceptionnelle de leurs recherches et sont nommés pour une durée de cinq ans.
Les domaines de la séparation et de la purification des gaz demandent des matériaux dont la porosité doit-être parfaitement contrôlée. Actuellement, les zéolites, composés inorganiques poreux, sont le plus souvent utilisés, mais réclament beaucoup d’énergie pour leur recyclage. Notre collègue Guillaume Maurin du Département de Chimie Physique de l'ICGM, en collaboration avec des chercheurs de l’Université saoudienne KAUST1, de l’Institut Lavoisier Versailles,  vient de découvrir le KAUST-8, un metal organic framework (MOF) qui purifie le gaz naturel de son humidité et du dioxyde de carbone, tout en se recyclant facilement. Ces travaux sont publiés dans la revue Science le 19 mai dernier.
 

Notre collègue Olivier Fontaine de l'équipe AIME du Département Chimie du Solide et de la Matière Divisée (CSMD) vient de se voir nommer à la vice-présidence de la Division de Chimie Analytique de la Société Chimique de France (SCF). A ce titre, il devient représentant national de la SCF dans le domaine de la chimie analytique. Rappelons que la Subdivision Chimie Analytique de la nouvelle DCP a pour mission de fédérer et de promouvoir les activités de recherche, développement et applications des Sciences Analytiques de France.

Véritables éponges high-tech de l’infiniment petit, les matériaux nanoporeux permettent notamment de capturer sélectivement certains gaz par physisorption, phénomène qui revêt un intérêt majeur dans de nombreux procédés industriels.

Nos collègues R.S. Pillai & G. Maurin, chercheurs au sein de l’équipe DAMP de l’Institut Charles Gerhardt Montpellier, en collaboration avec une équipe coréenne de l’Institut de Recherche KRICT (Prof. J.S. Chang) ont découvert que le matériau hybride mésoporeux MIL-100, conçu par l’Institut Lavoisier Versailles, sépare thermodynamiquement l’azote vis à vis du méthane. Cette propriété spectaculaire est mise en évidence pour la première fois pour un matériau nanoporeux et l’équipe franco-coréenne est parvenue à en décrire le mécanisme grâce au couplage de mesures d’adsorption et de modélisations moléculaires classiques et quantiques. Il a été démontré que le métal de transition Cr(III) incorporé dans la charpente du MIL-100 favorise la fixation de l’azote par mimétisme au processus de catalyse enzymatique qui conduit à la production d’ammoniac.

Publiés dans la prestigieuse revue Nature Materials le 19 décembre 2016 (doi : 10.1038/nmat4825), ces travaux permettent d’envisager des perspectives uniques dans le domaine de la purification du gaz naturel mais aussi de l’air dans la mesure où ce matériau présente des performances exceptionnelles pour la séparation de l’azote vis à vis de l’oxygène.



En savoir plus

Depuis décembre 2012, nos collègues Sébastien Clément et Sébastien Richeter des équipes IMNO et CMOS du Département Chimie Moléculaire et Macromoléculaire, entretiennent une collaboration grandissante avec le Professeur Rachel C. Evans du Trinity College, Irlande. L'obtention d'un projet bilatéral Campus France (Programme Hubert Curien Ulysses) a renforcé le rayonnement de cette coopération par la mise en place d'échanges entre les deux pays permettant de présenter les résultats de ces recherches au sein de l'Université de Montpellier et du Trinity College par le biais de conférences. Dans le cadre de cette synergie fructueuse qui a permis la publication de 3 articles en commun et de deux autres à venir, Sébastien Clément vient d'être mis à l'honneur par l'Ambassade de France en Irlande qui lui a consacré un portrait sur son site internet, dans lequel il retrace son parcours, ses activités de recherche et sa collaboration avec le Prof. Rachel C. Evans, qui trouve des applications jusque dans l'énergie solaire.

La Fondation L'Oréal a organisé le 13 octobre dernier, l'événement "Génération Jeunes Chercheuses", au cours duquel ont été remises les bourses L'Oréal-UNESCO 2016 for Women in Science. Ouvert au grand public et à la communauté scientifique, cet événement a été l'occasion de faire découvrir au plus grand nombre, les travaux scientifiques de 17 doctorantes et 13 post-doctorantes, et de donner à la parole à ces chercheuses de talent qui feront la science de demain.


Parmi ces 30 jeunes femmes brillantes figurant au palmarès, nous retrouvons Cécile Echalier, doctorante au sein de l'équipe CMOS du Département Chimie Moléculaire et Macromoléculaire et au sein de l'Institut des Biomolécules Max Mousseron, qui s'est vue récompensée pour son parcours d'excellence et l'originalité de son projet de recherche autour "Des molécules "LEGO" pour régénérer les tissus".


Avec l'obtention de cette bourse, Cécile rejoint la communauté des 2 250 chercheuses déjà récompensées à travers le monde et mise en avant grâce au programme L'Oréal-UNESCO For Women in Science. L'ICGM adresse toutes ses félicitations à Cécile pour l'obtention de prix.

Voir les photos de l'événement
Voir l'article sur l'Hérault Juridique
Voir l'article sur l'Hérault Tribune

Le "17-20 des instituts Carnot", rencontre annuelle d'été du réseau, s'est tenu le mercredi 6 juillet dernier à Paris en présence de plus de 300 chefs d'entreprises et décideurs du monde de la recherche et de l'innovation.

Thierry Mandon, Secrétaire d'Etat chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a annoncé en préambule de l'événement le nom des instituts labellisés Carnot dans le cadre de l'appel à candidatures Carnot 3, parmi lesquels figure le Chimie Balard CIRIMAT. Monsieur Mandon a à cette occasion salué le "bilan absolument impressionnant et la dynamique positive du label Carnot, qui au-delà de son statut d'élément de l'écosystème innovant, est devenu le levier d'accélération de l'innovation dans les PME et ETI".

Rappelons que le dispositif Carnot est un réel succès en termes de renforcement des liens entre la recherche publique et les entreprises et d'accompagnement du développement des Instituts vers une professionnalisation dans la relation aux industriels, sur des thématiques nombreuses. Dans le cadre de cet appel à projets, 9 "tremplins Carnot" ont également été décernés à des unités de recherche désireuses d'accroître leurs compétences dans la construction de la relation contractuelle avec les entreprises, et qui ne sont pas encore aguerries dans ce domaine, avec un objectif d'obtention du label Carnot à un horizon de 3 ans.

Une belle réussite pour l'Institut Carnot chimie Balard CIRIMAT qui marque la reconnaissance de tous les efforts accomplis et des progrès capitalisés depuis 2006 et qui promet de belles perspectives à venir.

La société NanoMedSyn, issue d'une collaboration entre l'équipe CMOS du Département Chimie Moléculaire et Macromoléculaire et l'équipe Glyco et Nano Vecteurs pour le Ciblage Thérapeutique de l'IBMM vient d'obtenir le 20 juin dernier au Sénat, le Grand Prix "Sciences de la Vie" du 16ème concours Tremplin Entreprises, concours dédié aux jeunes entreprises innovantes en recherche de financement. Une belle récompense pour le travail et la renommée de NanoMedSyn qui innove dans le traitement des maladies lysosomales.

En savoir plus

Institut Charles Gerhardt Montpellier - Direction

UMR 5253 - CNRS/UM/ENSCM
  • Université de Montpellier
  • Place Eugène Bataillon
  • CC 1700 - Bâtiment 17 -1er étage
  • Tel: +33 (0)4 67 14 93 50
  • Email: direction@icgm.fr
Top